Adieu sans fin, de Wolfgang Hermann

Aux éditions Verdier

Un matin, un père ouvre la porte de la chambre de son fils, et le découvre sans vie. Dès lors il devra vivre, survivre, avec ce vide, cette perte.

Le manque, le désespoir, l’amour, et les souvenirs, beaucoup est dit : comment raconter le deuil d’un enfant? C’est le tour de force qu’a réussi Wolfgang Hermann, dans ce récit lumineux, tout en délicatesse et réserve : écrire finalement une ode à la vie.

Très beau texte.

Je réserve !